feves de cacao madagascar

Chocolat de Madagascar

Tout commence un mercredi au Viaduc des Arts à Paris. Nous sommes le 28 octobre 2015 et l’ATELIER C ouvre pour la première fois ses portes avec l’idée de faire découvrir aux parisiens les secrets d’un chocolat rare. Sous les voûtes de cette nouvelle fabrique, Stan rencontre l’intrépide maître chocolatier Christophe Berthelot-Sampic qui deviendra par la suite son mentor.

Christophe B. est un amoureux inconditionnel du chocolat. Il parcourt le monde, entre les deux tropiques, pour trouver des chocolats aux différentes saveurs. Il aime les chocolats de Cuba aux arômes subtils de cigares, ceux de l’Equateur aux douces notes de bananes et ceux du Vietnam aux effluves de coco. Enfin un jour, il pose ses valises à Madagascar et tombe sous le charme d’un chocolat aux notes de fruits rouges acidulés. Il visite la fabrique de la Chocolaterie Robert à Antananarivo. Instantanément séduit par un savoir-faire artisanal encore préservé, il choisit ce chocolat pour créer ses recettes dans son atelier fraîchement ouvert à Paris.

Au cours de cette première année, Stan assiste Christophe dans la réalisation de ces recettes et l’animation des classes. Plus il travaille ce chocolat, plus il l’apprécie. Seulement quelques mois après son arrivée à l’ATELIER C, il a la chance de pouvoir accompagner son mentor dans un voyage au coeur des plantations de cacao à Madagascar. Et me voilà moi aussi, la geekette derrière son écran, embarquée dans ce périple « In Real Life ».

Nous sommes désormais trois compères poursuivant les traces du cacao sur l’île. Nous remontons progressivement le fil de son histoire et de son arrivée à Madagascar aidés par nos complices à la chocolaterie. Traversant la vallée du Sambirano et les anciennes plantations de Brickaville, nous découvrons la richesse de ces terroirs souvent peu accessibles, notamment en saison des pluies. Une rencontre nous touche particulièrement, celle avec Monsieur Michel, gardien de la mémoire du cacao du Sambirano. Présent depuis les débuts de la plantation, il nous raconte l’histoire des premiers cacaoyers, l’origine du parc à bois et les détails de chaque parcelle dont le nom fait souvent référence aux colons qui les ont plantées.

Là, à l’ombre d’un Samanea saman, pris dans le récit de Monsieur Michel, nous sommes fascinés par toute la magie qui entoure le cacao de Madagascar. La variété Trinitario à casses claires qui domine sur l’île renferme des mystères que nous sommes décidément loin d’avoir entièrement percés. Le chocolat fin issu de ces fèves d’exception est donc un formidable terrain de jeu pour Chocolate Hackers. De retour à la Chocolaterie Robert, nous remplissons donc nos bagages de ce chocolat chargé d’histoire et de belles notes aromatiques.

Nous sommes prêts pour démarrer notre mission : créer de nouvelles recettes innovantes avec vous, infiltrer des réseaux de producteurs pour dénicher des saveurs étonnantes et continuer de croquer le chocolat pour tenter d’en craquer un peu plus le code !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *