img_0297

Défi chocolat dans les provinces Maritimes : jours 4 à 9

Les coulisses du défi chocolat dans les provinces maritimes

Relire le résumé des jours 1, 2 et 3

Jours 4 à 9 : changements de vie

Il y a deux ans, Stan et moi prenions la décision de changer de vie. Nous voulions passer plus de temps ensemble. Nous avions aussi envie de faire voyager la culture française et en particulier la gastronomie. Grands amateurs de chocolat, l’idée de nous y intéresser de plus près nous est apparue comme une évidence. Depuis, elle a fait son chemin. Stan est retourné sur les bancs de l’école et a obtenu son diplôme de chocolatier. J’ai continué de me perfectionner en pâtisserie tout en continuant d’alimenter mon blog culinaire. Technique et savoir-faire en poche, nous étions fin prêts pour nous lancer dans cette expérience culinaire inédite en quête de nouvelles saveurs et de rencontres gourmandes.

Jour 4

Pour cette 4ème étape de notre défi, nous sommes allés à la rencontre de Mickaelle, Cédrick et Alyson qui nous ont ouvert les portes de leur charmante maison à Dieppe. Nous avons pris contact avec Mickaelle via sa page Facebook il y a quelques semaines. – La technologie et les réseaux sociaux, c’est quand même sympa… surtout quand on se lance dans un challenge comme celui-ci ! – Sur cette page, elle y retraçait ses aventures et celle de sa famille dans le Nouveau-Brunswick. Tous les trois y ont déménagé il y a un an, quittant la région de Poitiers en France pour rejoindre les terres canadiennes. L’heure du changement avait sonné ! Confortablement installés, ils aident désormais les nouveaux arrivants dans leur démarche d’expatriés.
Une manière, selon eux, de rendre la pareille car eux aussi ont bénéficié de l’aide de la communauté au moment de leur installation. Un bel état d’esprit, n’est-ce pas ?
Concernant la recette, nous avons pris beaucoup de plaisir à réaliser ces tartelettes framboises tous ensemble. Nous allons quand même vous avouer un truc : nous avions préparé la pâte à l’avance car elle avait besoin de se reposer (o-r-g-a-n-i-s-a-t-i-o-n, une leçon apprise des jours précédents). Mais reposer n’est pas tricher, vous validez ?

Jour 5

Oh la la… en vue de l’ingrédient proposé, nous étions carrément impatients de rejoindre Sarah et Jeremie ! Ce qu’ils font pousser ? Des piments ! Avec Stan, on adore la nourriture épicée. L’année dernière, Jeremie avait fait pousser deux pieds de piments. Cette année, presque trente ! Dont huit variétés différentes. Sarah et Jeremie ont transformé leur maison en véritable serre l’hiver dernier pour arriver à créer cette jungle urbaine ! Ces deux là ont la main verte. S’ils continuent à ce rythme là, nous ne serions pas surpris de les retrouver avec un grand champs de piments derrière leur maison dans quelques temps.
Leurs piments sont juste fabuleux… Savoureux et colorés comme on les aime, et coté « caractère » nous avons été comblé ! D’ailleurs, à les avoir manipulé tout l’après-midi pour les besoins de la recette, je peux vous assurer que le bout de mes doigts s’en souviennent : 24 heures de sensation piquante après notre session cuisine. En tout cas, l’association chocolat/piment fonctionne à merveille et nous avons beaucoup apprécié partager ce moment épicé avec ces deux belles personnes.

Jour 6

Mardi, Audrey nous attendait avec son fidèle compagnon « Indiana » sur le perron de la porte. Ce dernier nous a fait craquer d’ailleurs, à mi-chemin entre le chien loup et l’ourson en peluche.

Audrey, une radieuse trentenaire, est la première à avoir accepté de participer à ce défi chocolat un peu fou, annonçant de suite une générosité et une ouverture d’esprit qui se confirmera dès les premières minutes de discussion ensemble.
En entrant dans la cuisine, nous découvrons une magnifique illustration réalisée au feutre sur un tableau blanc « Welcome Chocolate Hackers »… Quel accueil ! Nous sommes touchés.
Cette petite émotion passée, il était temps de « mettre la main à la pâte ».
Pendant la préparation de ce brownie aux cerises en grappe (avec avec la confiture de cerises confectionnée par Audrey au préalable) nous avons beaucoup discuté de voyages et de nouvelle vie. En effet, Audrey et son petit-ami ont fait le grand saut il y a deux ans déjà, laissant leurs montagnes des Alpes françaises pour rejoindre les plaines et les rivières de l’Est Canadien. Actuellement à Moncton, ils ne se ferment pas la porte pour bouger à nouveau et explorer le reste de la province prochainement. Globe-trotter un jour…
Même si ce n’est pas forcément évident de se retrouver loin de sa famille, l’aventure reste tout de même plus facile qu’il y à 150 ans lorsque les premiers Européens ont débarqué en Amérique du Nord. Les moyens de transports sont plus nombreux et plus rapides et les outils de communication bien plus efficaces.
Grâce à ça, changer de continent n’est plus synonyme de tout abandonner derrière soi. On peut ainsi continuer de créer davantage de contacts tout en restant connecté avec la famille et les amis.
Bon ok, c’est joli toute cette modernité mais ça ne nous permet toujours pas de profiter d’un bon brownie fondant aux cerises en grappe à 5 000 km de distance… Pour ça, il faut pouvoir se réunir. Et ce jour-là, c’est avec Audrey que nous avons eu la chance de déguster ce fameux gâteau !

Jour 7

Le changement ne se produit pas nécessairement tout d’un coup et en une seule fois. C’est aussi et surtout l’addition de plusieurs petites avancées quotidiennes qui peuvent le créer. Notre visite à la cave à vins de Magnetic Hill Winery a bel et bien confirmé cette réalité.

Zach et ses parents ont un agenda plus que fourni. Ils sont sans cesse occupés à perfectionner leurs installations dans l’entreprise familiale. Afin de pouvoir organiser cette rencontre gourmande, nous leur avons envoyé des mails, les avons appelé et finalement rencontré chez eux. Notre persévérance valait amplement la peine car leurs produits sont excellents et Zach est un type super sympa et surtout un gros bosseur, une vraie personnalité.

Côté recette, nous n’avons pas rencontré de difficultés majeurs. Le vin d’érable si savoureux est venu flatter à merveille les saveurs du chocolat de Madagascar. Il n’y a pas de secret, quand on la chance de travailler avec des bons produits, on a toutes les chances d’obtenir des bons résultats.

Jour 8

Pour se rendre à la ferme de Didier, nous avons parcouru un bon bout de route au milieu des arbres. Nous avons tourné à gauche pour emprunter un petit chemin de terre et après quelques kilomètres (merci encore Doug de nous avoir conseiller un bon 4×4…) nous sommes finalement tombés sur… Des chèvres ! Salut les biquettes ! Du coup, on s’est arrêtés, pas vraiment le choix vu qu’elles étaient au milieu du chemin. Le temps pour moi de me dépatouiller avec mon téléphone, voulant faire une vidéo de cette scène inattendue mais prenant des photos sans le faire exprès… Bref, nous étions déjà remontés dans la voiture pour rejoindre la fromagerie.
Après avoir saluer Didier et avoir réaliser que les normes de sécurité ne nous permettaient pas de cuisiner dans une fromagerie, direction la cuisine privé de notre grand belge bienveillant. Belle journée, chaude et ensoleillée… Rendant les conditions assez difficiles pour Stan et le tempérage de son chocolat. Une fois cette bataille gagnée, il a cependant réussi à nous concocter une ganache surprenante, trouvant le parfait équilibre entre le chocolat et le fromage de chèvre. Pendant ce temps là, nous en avons appris davantage sur ce magicien du fromage de chèvre. Lui aussi, il y a 4 ans de cela, a décidé de prendre un grand virage dans son existence.
Maître d’hôtel au service du roi de Belgique, Didier a quitté son pays natal pour rejoindre le Nouveau-Brunswick et apprendre son métier de fromager. Pour notre plus grand plaisir je dirais car nous avons été charmé par la qualité et la diversité de ses fromages de chèvre.
Un parcours très inspirant pour nous, Didier a tout recommencé, il a appris un nouveau métier et ne cesse de l’améliorer chaque jour en essayant de nouvelles techniques et recettes. Et qui dit essayer, dit aussi se tromper parfois… Sa dernière erreur de fabrication ? Le « brigand », un fromage de caractère né d’une erreur et destiné dans un premier temps à finir aux oubliettes… Sauf que ce loupé est désormais une des meilleures ventes de la fromagerie ! Les clients de Didier ne jurent plus que par ce produit désormais.
La persévérance et l’amour de ce que l’on fait, ça paye, ce sera la leçon du jour.
Pour autant, nous n’avons pas été assez téméraire pour utiliser le « brigand » dans notre ganache, craignant la force de ce dernier… Mais qui sait, il n’est pas impossible que nous repassions par la fromagerie au fond du bois un de ces jours pour relever un nouveau defi !

Jour 9

Les bleuets sauvages faisaient partie de notre liste des incontournables. Nous vouons une vraie passion pour ces petites baies violettes. Nous avions donc rendez-vous le matin à 9h00 avec Monique de l’association des Bleuets NB Blueberries. Elle nous a emmené faire la cueillette dans la bleuetière de Bruno à Brantville. C’est toujours quelque chose que d’aller chercher ses produits directement à la source. Ce petit truc en plus qui donne un goût particulier aux préparations. Une fois notre panier rempli de bleuets sauvages, nous nous sommes rendus au Carrefour Beausoleil à Miramichi, un lieu où le changement a aussi la part belle. Marc le nouveau directeur de l’établissement a fait beaucoup pour la communauté depuis qu’il en a pris les commandes. Son nouveau chef Pat lui aussi a changé de cap, troquant les restaurants branchés de l’Ontario pour reprendre les commande de la cuisine communale. Avec Dawn, ils font un travail formidable. Savez-vous qu’ils préparent les sauces tomates avec des vraies tomates ? Cela ne paraît pas grand chose mais c’est un travail de colosse. Nous avons vraiment été bluffés. Mais Pat et Dawn y trouvent leur compte quelque part. Le plaisir de servir des produits frais et sains aux enfants et au personnel suffit à leur donner l’énergie nécessaire. Pour nous, cette rencontre a été formidable. Tant d’un point de vue personnel que culinaire. Nous avons beaucoup échangé sur nos recettes de cuisine, celle du muffin aux premières loges bien sûr. Nous étions très satisfaits du résultat. Vous pouvez l’essayer les yeux fermés.

 

En entamant ce challenge chocolat dans les provinces Maritimes, nous voulions tenter une nouvelle expérience gastronomique mais aussi vivre une belle aventure humaine. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous sommes servis à tous les niveaux. Nous avons rencontré jusqu’ici des personnes extraordinaires et découvert d’excellents produits. Nous faisons le plein d’énergie positive que nous espérons partager avec vous au travers du récit des coulisses de notre aventure. En attendant la suite, rendez-vous demain à 9h pour une nouvelle recette.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *