Défi chocolat dans les Maritimes : jours 16 à 21

Les coulisses du défi chocolat dans les provinces maritimes

Relire le résumé des jours 10 à 15

Jours 16 à 21 : l’Ile du Prince Edouard

Après deux semaines riches et intenses au Nouveau-Brunswick, nous avons pris la route pour l’Ile du Prince-Edouard. A mi-parcours, vous avez pu remarquer que nous ressentions la fatigue s’installer. En arrivant à Charlottetown, nous avons eu l’opportunité de pouvoir nous reposer un peu. Surtout que nous avons eu une chance extraordinaire de rencontrer Phil et Nancy qui nous ont permis de poser les valises pour quelques jours dans une charmante maison. Toutes les personnes que nous avons rencontré sur l’île ont d’ailleurs vraiment fait en sorte que l’on se sente comme à la maison. Cette ambiance familiale nous a permis de recharger les batteries. Ça et aussi les nombreux messages de nos proches, des producteurs et de toutes les personnes qui nous supportent dans cette fabuleuse aventure. Il n’y a pas de mot pour exprimer notre ressenti. C’est vraiment incroyable et cela nous permet d’avancer avec une grande joie. Alors avant de commencer notre carnet de bord, nous voulions simplement vous dire merci !

Jour 16

Avant de réaliser notre recette du jour avec Nancy, nous avions été un peu titillés. Nous avions entendu dire que Nancy faisait les meilleurs pancakes de la ville. Excitant, non ? Nous salivions déjà avant de franchir la porte. En tant que blogueuse food, j’ai tant de fois bavé devant des piles de pancakes généreusement arrosés de sirops en tout genre sur les réseaux sociaux (les blogueurs et blogueuses sauront de quoi je parle). Du coup, même si l’idée n’est pas très originale, j’entretenais depuis longtemps l’envie de faire ma propre pile. Oh, ça valait le coup, on peut vous le dire maintenant ! Allez, je vous avoue, Nancy m’avait laissé les commandes de la cuisson des pancakes. Comme à mon habitude, je ratais la première fournée. Pas de panique, ça m’arrive tout le temps. Une poêle pas encore tout à fait assez chaude, un pancake trop gros pour commencer, etc… ça s’arrange toujours après. Mais Phil, le mari de Nancy doit avoir ces petites habitudes. Il se demandait si Nancy ne devait pas revenir à la manœuvre. Mais cette dernière avait confiance en moi. Elle a bien eu raison. Tout s’est bien déroulé sans encombre. Pendant que je finissais les derniers pancakes, Stan réalisait la sauce chocolat pour un résultat, vous l’avez vu, plutôt obscène.

Jour 17

Nous entamions à nouveau cette journée au pas de course. Pour cette recette, Florence nous avait proposé une multitude de produits en provenance des fermes voisines. Il y avait tellement de choix, c’était difficile d’en faire un. Nous arrivions en même temps que le journaliste qui allait nous suivre sur la journée. Pouvoir partager l’aventure avec les médias, c’est évidemment une superbe opportunité de donner un coup de projecteur au travail des producteurs locaux. Cela rend aussi la rencontre un peu moins intime. Mais qu’à cela ne tienne. Florence est une femme incroyable et généreuse. Elle nous a tout de suite mis à l’aise dans sa cuisine. Après une après-midi de confection de chocolats, nous avons eu le droit à un tour de la ferme pour faire la rencontre des…

Jour 18

… adorables chèvres de la ferme. Evidemment, nous ne pouvions pas partir sans réaliser une recette avec les magnifiques produits laitiers de la petite exploitation. Après avoir confectionné une délicieuse recette de glace à base de lait de chèvre et de fromage frais, Florence nous avait réservé une surprise. Alors que soleil était en train de se coucher offrant une vue sublime sur la vallée, Florence sortait de l’étable avec Emily. Nous avons alors eu le droit de nous essayer à l’exercice de la traite. C’était vraiment très marrant. Ok, on s’est dit qu’il y avait vraiment un coup à prendre. Florence était simplement 10 fois plus rapide que nous. Mais peu importe, nous avons pleinement apprécié ce moment. C’était une expérience au top.

Jour 19

Ding-dong. Nouvelle journée, nouvelle maison, nouvelle recette. Mais étrangement, pour cette étape, nous nous sommes tout de suite sentis comme à la maison. Comme nous étions invités à diner, nous avions simplement l’impression de faire partie du petit cercle de Véronique et Patrick. Nous étions en charge du dessert pendant qu’ils se chargeaient de concocter un merveilleux repas pour tout le monde. Il faut qu’on vous dise, nous avons été vraiment gâtés. Nos hôtes nous avaient prévenu que la deuxième économie de l’île était la pêche. Nous avons pu le constater. Sur la table il y avait des huîtres, du homard, des moules, des coquillages… Un vrai festin. Nous n’avons pas boudé notre plaisir.

Jour 20

Oh non, la pluie s’était invitée le matin. On était mouillés et pas franchement de la meilleure humeur qu’il soit. Mais finalement, arrivés à la petite exploitation agricole où tout est cultivé en bio, nous étions éblouis par l’arc en ciel de couleur promis par un étalage rempli de tomates en tout genre. Instantanément, les nuages se sont dissipés. Goûtant les différentes variétés de tomates, nous étions épatés par cette explosion de goût. C’est alors que Stan a déclaré qu’Amy et Verena étaient décidemment les reines de la tomate. Allier tomates et chocolat, au premier abord, cela peut paraître un peu surprenant. Mais comme j’avais une recette de confiture de tomates à la vanille, nous n’y trouvions finalement rien d’effrayant. Nous allions bien réussir à en faire quelque chose. Pendant que nous nous affairions en cuisine, nous papotions agriculture biologique. C’est vrai que l’on a souvent tendance à oublier comment les choses poussent. Notre vision est devenue standardisée avec des fruits et légumes de mêmes calibres et de mêmes formes, avec souvent un goût qui manque à l’appel. On s’offusque d’un ver dans un épis de maïs sans se demander comment les OGM ont pu les tenir éloignés. Finalement, ne paraît-il pas plus logique de choisir celui préféré par d’autres animaux ? C’est un peu ce que l’on se dit ces derniers temps. On préfère couper un morceau un peu abîmé pour déguster un produit sain que de croquer dans un légume dont la nature ne veut plus.

Jour 21

Pour notre dernier jour sur l’île du Prince Edouard, nous sommes revenus à l’établissement du Farm Center à Charlottetown pour y rencontrer Yanira et Betty. Je dis revenus car nous y étions passés quelques jours auparavant pour prendre part à un cours de cuisine animé par Betty. Ce cours est un cours gratuit auquel les habitants peuvent s’inscrire pour apprendre à confectionner un menu et repartir avec. C’est un merveilleux exemple d’esprit communautaire. Nous étions touchés de participer à cette classe et de réaliser le dessert. Nous avons surtout pu apercevoir tout l’investissement des bénévoles qui font vivre l’endroit et prennent soin de ce petit coin de paradis vert au milieu de la ville. Aussi, nous avons choisi de leur rendre hommage avec une tablette à casser aux couleurs de l’endroit pour retranscrire la beauté des lieux et ce qui s’y passe.

Six jours de plus se sont écoulés pour notre défi chocolat. Il nous reste encore un bon quart de notre aventure à vivre pleinement. Cette étape sur l’Ile du Prince Edouard nous a vraiment permis de prendre un nouveau souffle. C’est amusant aussi car l’autre jour, je confiais à Stan comment plus nous avancions dans l’aventure, moins je savais où nous allions. C’est un peu étrange à dire mais c’est un peu vrai. Ce qui nous surprend même davantage, c’est que tous les détours que cette route nous fait prendre sont autant de lieux charmants et de rencontres fabuleuses. Alors même si nous sentons que nous aurons encore besoin de force pour attaquer le dernier tournant, le chemin en lui-même vaut vraiment la peine de s’y perdre ! Une histoire à suivre…

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *